Envoyer à un ami
Partager

"L’affaire Sonia" ou le double aveu d’impuissance de l’Etat français


Rédigé le Lundi 8 Février 2016 à 11:47 | Lu 525 fois |


Le 28 janvier dernier RMC révélait une interview exclusive d’un témoin capital dans l’affaire des attentats de Paris. Elle se fait appeler Sonia et son témoignage à la police a permis de mener l’assaut contre l’appartement de St-Denis où était retranchés notamment Abdelhamid Abaoud et sa cousine Hasna Ait Boulahcen et ainsi éviter une autre série d’attentats prévue le lendemain. Au delà du témoignage glaçant, cette affaire met en lumière le double aveu d’impuissance de l’état français.



Claire Andrieux journaliste RMC/BFM TV
Claire Andrieux journaliste RMC/BFM TV

L’échec patent des renseignements

Le premier est l’incapacité des renseignements français à prévenir de telles actions sur le territoire national. Sans le courage de ce témoin, une seconde attaque probablement encore plus meurtrière que la première aurait eu lieu. Mais bien pire encore, cette attaque aurait été fomentée par l’une des personnes les plus recherchée de France et d’Europe : Abdelhamid Abaoud qui, comme on le sait maintenant, a pu au nez et à la barbe des services français faire plusieurs allers et retours entre l’Europe et la Syrie. Selon les dire de Sonia, ce dernier serait d’ailleurs rentré avec près d’une centaine de combattants présents dans toute l’agglomération parisienne. Qui sont-ils, que sont-ils devenus, ont-ils été appréhendés ? La révélation de ce témoin clé a le mérite aujourd’hui d’appuyer là où cela fait mal et c’est probablement ce qui semble déplaire au gouvernement français, qui, dans le contexte actuel de l’état d’urgence, presque sans se cacher, semble avoir fait pression sur les journalistes de la célèbre chaîne de radio pour les pousser à ne pas divulguer ce témoignage.

Le repenti mieux traité que le témoin clé

Toutefois le problème le plus criant dans cette affaire est la raison expliquant pourquoi ce témoin a décidé de se confier à RMC. En effet, "Sonia" n’ayant pas déposé sous X, son nom, prénom, son adresse et son numéro de téléphone apparaissent en clair dans la procédure. A part changer d’hôtel à plusieurs reprises, elle n’a bénéficié d’aucune aide financière et ni de soutien psychologique. Comme elle le souligne dans son témoignage «Je n’ai plus de vie sociale, je n’ai plus de travail, je n’ai plus d’amis, je n’ai plus de famille. On m’a coupée du reste du monde

Après la diffusion de entretien, elle a pu être reçue par un psychologue du Ministère de l’Intérieur et a, à priori, reçu une enveloppe financière. Même s’il ne fait aucun doute qu’elle bénéficie depuis novembre d’une surveillance policière rapprochée, le cadre légal français ne lui a pas permis d’être complètement prise en charge comme cela peut être le cas aux Etats-Unis. Il est inconcevable qu’en France, un témoin clé dans une telle affaire soit dans l’obligation d’en appeler aux médias pour être traité et protégé efficacement. Inconcevable également que le legislateur ait pensé à définir un cadre légal clair pour les repentis leur permettant notamment de bénéficier de remise de peine voire d’une identité d’emprunt, sans imaginer un traitement similaire pour ce genre de témoins. Les gesticulations crispées du Ministre de l’Intérieur condamnant vivement la diffusion du témoignage de Sonia ainsi que l’enquête ouverte par le Procureur de Paris pour mise en danger d’autrui, ne sont finalement que les aveux de faiblesse d’un système qui a échoué une première fois à protéger des citoyens innocents et une seconde fois à prendre soin d’une citoyenne qui n’a pas hésité à sacrifier sa vie pour en sauver de nombreuses autres. A l’heure où on parle de modifier la Constitution pour y inscrire la déchéance de nationalité, ne serait-il pas pertinent d’inscrire également à l’ordre du jour de ce remaniement constitutionnel, le devoir impératif de protection dû par le gouvernement en place à l’égard de ses citoyens sous peine d'être déchu d'exercice du pouvoir politique.

Je dirige le site Elkalam.com depuis 2005. Soucieux de croiser les regards sur le monde musulman,... En savoir plus sur cet auteur



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 29 Novembre 2013 - 22:25 Lettre ouverte au Recteur de la Mosquée de Paris

Jeudi 24 Décembre 2009 - 14:31 L'identité du Minaret