Envoyer à un ami
Partager

Les judéo chrétiens n’ont pas le monopole de la culture en France.


Rédigé le Jeudi 19 Avril 2007 à 15:43 | Lu 4051 fois |


Aucune civilisation n’a laissé de trace dans l’histoire sans une forme d’écriture fut elle abstraite. Aucune forme de culture ne se crée, ne se transmet sans un support écrit. Aucune forme d’éducation ne se met en place sans des références livresques. Alors où sont les références des musulmans de France et d’ailleurs ? Où sont les Harry Potter, l’ Hygiéne de l’assassin, les Astérix et Obélix musulmans ?



Laïcité, liberté d’expression, droit à la critique des religions, tels sont les leitmotiv des plus grands censeurs médiatiques modernes. Un très bel article Muslim Bashing avait été posté, il y’a quelques semaines sur oulala.net, pour dénoncer le tapage médiatico politique incessant fait autour de la présence musulmane en France. Une fois ce constat établi, les musulmans doivent ils attendre patiemment la mise à mort de leur droit à se réclamer d’autres valeurs que celles reconnues de la judéo chrétienté ?

Une acculturation rampante.

Je me trouvais il y’a quelques semaines au Caire pour un colloque professionnel avec des représentants de plusieurs pays dont l’Arabie Saoudite, l’Allemagne, la Belgique, le Maroc, la Turquie, la Macédoine et le Nigeria entre autres. C’était réellement une belle fourchette de spécimens du village monde. A cette occasion nous abordions l’aspect linguistique dans chacun de nos pays respectifs. Le Nigeria se distinguait par la multiplicité de ses dialectes, on dénombre plus de 450 langues parlées, même si la langue officielle est l’anglais. Issu d’une famille Haoussa, mon nouvel ami nigérian se targuait de ne plus parler son dialecte natal et sans sourciller déclamait que selon lui toutes ces langues disparaitraient dans les prochaines décennies au détriment de la langue coloniale. Une conversation passionnée s’engagea alors autour de la table entre ceux qui soutenaient l’inéluctable marche vers une monoculture de type américano-européenne et ceux qui comme moi prônait la « résistance armée de cosmopolitisme » contre la disparition de la richesse mondiale.
Force est de constater comme l’ont fait beaucoup avant moi que les références culturelles aujourd’hui sont toutes d’une manière ou d’une autre une dérivation des modes nées outre atlantique. Je ne passerai pas à travers tous les domaines : du sport à la science. Mon point de mire restera la littérature ou l’écriture au sens large.

La culture française de sensibilité musulmane n’existe pas ou si peu...

M. Kramer disait que l’histoire commence à Sumer avec l’écriture (soit vers -3600 ans). Aucune civilisation n’a laissé de trace dans l’histoire sans une forme d’écriture fut elle abstraite. Aucune forme de culture ne se crée, ne se transmet sans un support écrit. Aucune forme d’éducation ne se met en place sans des références livresques. Alors où sont les références des musulmans de France et d’ailleurs ? Où sont les Harry Potter, l’ Hygiéne de l’assassin, les Astérix et Obélix musulmans ? Halte là, je ne parle pas de communautarisme : de musulmans qui écrivent pour les musulmans. Je ne parle pas d’islamisation rampante comme l’évoquerait mon tendre ami Phillipe Devilliers. Je parle tout simplement de la participation active de la communauté musulmane à la vivification de la culture européenne et plus particulièrement française. Les musulmans font l’actualité quotidienne, ou pour être plus exacte, l’actualité fait et façonne l’image de ce que sont les musulmans en Occident. Alors évidemment les musulmans pourraient passer leur temps à faire des procès aux caricatures de Charlie Hebdo, aux « l’islam est la religion la plus con » de Michel Houellbecq, aux « Moi je suis un peu islamophobe. Cela ne me dérange pas de le dire » de Claude Imbert, aux vociférations de Robert Redeker. Mais ils perdront toujours. Ils perdront toujours parce qu’ils leur manque quelque chose de fondamental : un outil de communication. Les ennemis de l’islam savent véhiculer leurs idées, ils sont accessibles par le grand public. Oumma.com ne suffit pas pour rééquilibrer le débat.

De l’éducation des enfants.

L’islam est toujours perçu selon un axiome étriqué et falsifiant : musulman= étranger. Pourtant le phénomène de la conversion n’a jamais été aussi dynamique ; les 3,7 millions de musulmans en France se réclament bien d’avantage de leur appartenance pleinement citoyenne à la République de Montaigne. Une véritable sensibilité musulmane se dessine dans l’hexagone.Sensibilité qui a besoin pour vivre et s’émanciper d’être relayée dans l’éducation des générations présentes et à venir. Pour ce faire, l’écriture est la voie royale. « L’ascenseur social », ne se mettrait pas en branle sans l’école, et l’école ne serait rien sans l’apprentissage et la compréhension de l’écriture. Plus encore, lorsqu’un dictateur arrive au pouvoir, la première chose qu’il fait est de supprimer ou de mettre sous tutelle l’Histoire et la philosophie à l’école. Les musulmans en France n’ont pas attendu qu’un dictateur arrive au pouvoir pour mettre sous tutelle leur propre histoire et leurs propres idées.
De l’auto censure, de l’attentisme, du manque de mobilisation, du manque de représentativité, tels sont les maux de la communauté musulmane française. Si cette génération est malade aujourd’hui, si les générations précédentes avaient la préoccupation du ventre, du logement, de la sécurité, donnez au moins la possibilité à vos enfants d’avoir une alternative à la Star Academy et à la pilule du lendemain. On ne peut pas être à la fois hostile aux modèles véhiculés par Voici, par le « Pourquoi je suis chienne de garde », et n’avoir que Ben Laden comme représentant aux Guignols de l’info.
Proposez, à l’instar de ce que l’on peut trouver à Montréal, une vraie participation à la vie civique. Si vous ne voulez pas que vos enfants apprennent la vie à travers les yeux de Mickey, vous devez leur donner les clés de décryptage ludique du monde qui les entoure. Et les madrassa héritées du VIIIème siècle ne sont pas la réponse exclusive au malaise des musulmans français.

Deux c’est mieux !

Telle est la publicité que l’on peut trouver sur le site Amazon.fr qui propose une promotion sur la désoeuvre de Caroline Fourest Frère Tariq : Discours, stratégie et méthode de Tariq Ramadan si l’on achète OPA sur l’islam de France : les ambitions de l’UOIF de Fiammetta Venner. La véritable OPA sur l’islam de France ne vient pas de l’UOIF qui ne propose finalement rien de bien transcendant pour la jeunesse française. L’UOIF qui prétend représenter les musulmans de France ne représente qu’elle même, le Bourget de 2004 a fini de me convaincre que le discours complaisant, sans relief, sans ligne directrice de Fouad Alaoui n’était en aucun cas ce que l’on pouvait attendre d’une instance représentative. Que dire du CFCM ! Un jouet politique qui n’a de cesse de véhiculer une image divisée et anarchique du culte musulman en France. Non, la véritable OPA sur l’islam de France est la démission des musulmans de France dans la prise de contrôle de leur histoire.
Mes mots sont durs mais l’urgence est là : il faut secouer le carcan étouffant des institutions cooptées qui sont censés faire passer la pilule de la sous citoyenneté des musulmans français. La meilleure arme ? Ecrire, débattre, initier l’auto critique pour mieux grandir, mieux appréhender les nouveaux enjeux socio culturels. A chaque fois que la une du JT parle d’un attentat terroriste : les islamophobes gagnent. A chaque fois que le Bateau Livre fait la promotion d’un livre contre l’islam : les islamophobes gagnent. La critique de l’Islam est possible, et Vincent Geisser a raison de le souligner. Se défendre intelligemment est, non seulement, un droit mais une nécessité si l’on ne veut pas que la culture franco musulmane ne soit plus qu’un mythe dans un siècle. A quand un chef d’œuvre digne du Goncourt 2006 Les bienveillantes ? A quand un journal subversif à la hauteur de l’aura médiatique d’un Charlie Hebdo ou d’un Figaro ?
La participation active en tant que composante essentielle de la société française sera la meilleure réponse à toutes les accusations fallacieuses et islamophobes des personnalités ratées en manque d’actualité. Valéry Giscard D’Estaing gagnait les élections de 1974 sur sa fameuse phrase : « Vous n’avez pas le monopole du cœur, Monsieur Mitterand », les musulmans de France gagneront leur pleine citoyenneté lorsqu’ils exemplifieront la maxime : les judéo chrétiens n’ont pas le monopole de la culture en France.